Marion Bartoli stoppe sa carrière en plein vol : pistes pour comprendre

Marion Bartoli stoppe sa carrière en plein vol : pistes pour comprendre

3 Févr. 2018
Six semaines après avoir remporté Wimbledon, Marion Bartoli annonce sa retraite après une défaite lors du tournoi de Cincinnati.
«  Mon corps n’en peut tout simplement plus. La décision a été dure à prendre mais j’ai repoussé mes limites pour gagner WimbledonMon esprit n’y est plus, mon coeur n’y est plus et je ne peux plus mentir comme ça« 
 
Les faits

Une sportive de très haut niveau arrête brutalement sa carrière par décision personnelle été 2013, sans être blessée, à 28 ans. Elle venait de remporter Wimbledon, son premier tournoi du grand chelem, un exploit fabuleux pour elle.

Elle a rompu professionnellement avec son père en janvier 2013, Tiers Privilégié primaire et professionnel : père et coach depuis des années.

C’est une fille que tout le monde dit structurée, disciplinée, rigoriste et extrêmement travailleuse, « dure au mal. » Elle s’impose depuis des années des charges de travail que tout le monde juge incroyable dans le milieu.

Elle a connu de nombreuses blessures et gênes physiques et reconnaît que son corps ne peut se mouvoir normalement le matin qu’une demi-heure après son lever et qu’il est au bout de ce qu’il peut donner.

Son annonce donne le sentiment d’une fille au bord du burn-out.

Depuis le début 2013, elle s’est recrée un tissu social différent : copines de la Fed Cup, copains marseillais autour de l’OM ; elle s’est semble-t-il ouverte à plus de légèreté, plus de joie, plus d’amitiés et de douceur.

Piste pour comprendre…

Marion traverse sans doute depuis un moment une profonde mutation de sa personnalité, les mutations psychologiques étant toujours très lentes.

  • L’annonce de son arrêt n’est que la partie visible de sa tectonique interne, sa vie psychique est en basculement depuis de longs mois, invisible mais imparable.
  • L’annonce est brutale, à l’image de la brutalité avec laquelle elle se traite depuis 20 ans.

C’est toute une partie reniée de sa personnalité qui est en train de s’affirmer, de vouloir parler, de revendiquer un droit de cité. Une partie anesthésiée pour les besoins de la performance.

  • L’expression de la fragilité, de la douceur, du plaisir, de la détente, du temps accordé à l’amitié, aux relations.
  • Face à aux violences infligées à soi et au corps, face à la discipline absolue, face aux enchaînements des entraînements et des matchs, face à l’acharnement mental.

C’est sans doute l’expression de cette nouvelle polarité, pour parler en langage typologique, qui a permis à Marion d’accéder au Graal, son projet ultime : la victoire d’un grand Chelem. Affirmation rendue possible (ou causée par) la rupture professionnelle avec son Tiers Privilégié paternel. Et c’est aussi l’expression de cette partie d’elle-même qui lui a fait découvrir un autre chemin de vie, une autre réalisation personnelle.

Sans doute ne réussit-elle pas à faire une synthèse et faire s’exprimer ces deux parties d’elle-même : entre la Marion qui a toujours serré les dents, qui a toujours fait comme si tout allait bien, qui n’existe que dans l’effort et celle qui a besoin de douceur, de légèreté, de douceur.

C’est à la fois l’accomplissement de son projet sportif et l’émergence d’un nouveau projet de vie, encore peu rationalisé aujourd’hui qui lui permet de prendre conscience que son chemin désormais doit bifurquer.